Accueil
Slowl'histoire  
EmVhenan
EmVhenan | 🇺🇸 États-Unis
J’ai rencontré l’amour de ma vie en utilisant Slowly.

Originally written in English. Translated by Florian F.

J’ai commencé à utiliser Slowly en septembre 2018. J’avais traversé une année incroyablement difficile après le décès de mon grand-père et de mon professeur d’art, ainsi dans une période de désespoir, et de déclin de mes capacités artistiques (ce dont je voulais faire mon métier à l’époque), avec une nouvelle application de correspondance intéressante apparaissant en haut de ma liste de recommandations sur l’App Store, je m’apprêtais à mettre fin à une longue période d’isolation-pour rencontrer de nouvelles personnes, partager mes idées et intérêts, et me faire des nouveaux amis- et prendre un nouveau départ pour l’année qui s’annonçait.

Cela ne m’a pas pris longtemps pour rencontrer automatiquement quelques personnes dont j’aimais l’esprit, mais ils étaient bien plus occupés que moi et j’ai trouvé que nous étions d’accord presque trop souvent, alors nos conversations ne duraient que peu de temps. C’est à ce moment que j’ai décidé d’essayer de trouver quelqu’un manuellement; quelqu’un qui pourrait avoir des intérêts différents ou alors moins d’intérêts en commun avec moi, et je suis heureuse de l’avoir fait. Je suis arrivé sur un profil avec un nom simple : Alexndr., avec une bio plus particulière que je ne pouvais déchiffrer. C’était un code à l’époque, je savais, et mon intérêt était piqué-et le fut encore plus quand j’ai vu ce que nus  avions en commun. Presque tout était pareil, avec quelques sujets ça et là pour lesquels j’étais un peu intéressée. J’étais en extase de l’avoir trouvé à ce moment où j’avais presque arrêté de chercher, à court d’auto-matches. Alors, au milieu de la nuit, nimbée de la lumière douce d’une lampe avoisinante, j’ai attrapé l’occasion de lui envoyer un message. C’était juste un simple bonjour, comme tous les premiers messages, accordant de l’importance à nos nombreux intérêts partagés-et je n’oublierai jamais sa réponse ! J’étais si surprise. Il n’avait pas répondu comme je l’attendais, il ne commença pas par nos intérêts, mais à la place a posé une question référant à ma vieille description. «Pourquoi te considères-tu ‘pas normale’?», demanda-t-il. «Que signifie ‘normale’ pour toi?».

Au début, je ne savais pas trop comment répondre à cette question. Je me considère toujours comme anormale, bizarre, une espèce de paria qui a fait l’école à la maison pour la plus grande partie de sa vie. En fait, je n’avais pas pensé à pourquoi je me sentais comme ça avant, et ça m’a pris jusqu’au jour suivant pour trouver la réponse. Il m’a fait PENSER alors que je n’attendais qu’une conversation très détendue, et à ce moment je sus que nous allions être très bons amis. N’importe qui intéressé par ce que j’avais à dire, et intéressé pour agir sur ces idées, était un candidat parfait pour une amitié.

Depuis ce temps, nous nous sommes envoyés de longues lettres à l’autre, entre l’Amérique et l’Italie, une attente de 24 heures entre nous (12 heures aller, 12 heures retour). Les lettres elle-même semblaient s’allonger à chaque réponse, chacun de nos posant de plus en plus de questions tandis que nous continuions d’expliquer nos pensées, sentiments et idées. Tout était sur la table: nous n’excluions aucun sujet. Philosophie, arts, musique, psychologie, vie mondaine, partage de recettes traditionnelles, les différences entre les cultures américaine et européenne-tout ce qui pouvait nous passer par la tête passait dans nos discussions, et nous gardions contact autant qu’on le pouvait en dépit de son emploi du temps dense et de l’attente longue entre chaque lettre. On ne s’était pas dits, à l’époque, à quel point nous étions impatients de recevoir la lettre de l’autre et d’y répondre!

Un mois à nous découvrir était passé, lorsqu’un désastre se produisit. Ma vie avait changé soudainement-je m’étais cassé le poignet de ma main dominante, et en même temps ma famille traversait difficilement une période de stress. C’est devenu très difficile pour moi de répondre à quiconque sur Slowly, et, d’une manière regrettable, un jour, j’ai envoyé à mon correspondant un message court faisant état de mes problèmes, disant que je me retirai un moment pour me soigner. Évidemment, il a compris, et m’a laissé une lettre d’encouragements avant de rester silencieux. Je voulais plus que tout continuer de lui parler, ignorer toute l’anxiété que je ressentais et trouver le confort dans son amitié…mais c’était beaucoup trop à gérer.

Je m’étais éloigné pour un peu plus d’une semaine quand j’ai reçu un autre message d’Alexndr…Il était le seul qui aurait continué à me répondre à ce moment, alors quand j’ai vu apparaître le logo de Slowly sur ma barre de notifications, j’ai immédiatement su qui c’était. Sans hésiter un moment, j’ai ouvert l’appli, et en quelques minutes j’étais en larmes. Toute ma culpabilité de ne pas être capable de rester en contact avec mon nouvel ami s’était évacuée en un instant.

«Hum», disait-il, «désole de t’envoyer une autre lettre, mais j’aimerai t’aider… De la meilleure manière possible, à travers la musique…»…«Je ne sais pas , je voulais juste partager ça avec toi en considérant que tu passes des moments difficiles…je ressentais juste le besoin de le faire.»

Il ressentait juste la nécessité de le faire, soudainement, d’un coup. Pour moi, une parfaite étrangère qu’il connaissait à la fois si bien et si peu

J’ai senti mon cœur passer un battement. Encore une fois, cette semaine-là, je suis retombée dans le désespoir et la solitude, sans savoir quoi faire de moi ; et encore une fois Alex était là pour m’aider à en sortir, de sa propre volonté. Il m’envoya un grand nombre de belles chansons ambiantes sur lesquelles je me suis endormie cette nuit-là-de la musique dont je n’avais jamais entendu parler avant ce moment, dont j’appréciai l’existence. Je n’avais jamais attendu autant de gentillesse venant d’un étranger si géographiquement lointain…Il ne savait pas pourquoi, mais je le savais. J’étais importante pour lui, très importante.

Je l’ai remercié juste avant de m’endormir cette nuit-là, et pendant les 24 heures suivantes attendu une réponse qui ne me déçut pas. Dans sa lettre, Alex m’a dit de continuer de regarder droit, quoi qu’il arrive, de prendre mon temps pour me sentir mieux, penser positivement, faire ce qui me rendait heureuse…et qu’il serait toujours là pour m’écouter sans jugement. Je ne me suis jamais senti aussi emplie de confiance envers un étranger, mais, en regardant derrière moi, nous n’étions jamais de vrais étrangers. Dans un temps court, on est arrivés à en connaître tellement sur l’autre-ce que l’on aime, ce que l’on n’aime pas, nos opinions, pensées, impressions sur le monde. Alex a même fait la remarque, en blaguant, une fois, que j’étais si pareil à lui qu’il ne pouvait pas citer une seule différence!

Très peu de temps après cet événement, on commença à partager des photos, à montrer à l’autre nos photos d’amateur et créations artistiques, et des photos de nous, évidemment. De toute manière, à ce moment, j’étais prêt à passer n’importe quelle étape vers laquelle notre amitié nous conduisait. Nous n’avons jamais oublié Slowly, et n’avons pas arrêté de l’utiliser en premier lieu (on a toujours l’appli, et nous relisons souvent nos lettres), mais nous avons déplacé notre conversation sur une messagerie, où il est définitivement apparu que l’on appréciait beaucoup l’autre. Après notre premier tchat vidéo ensemble, nous étions complètement liés l’un à l’autre : nous avons parlé chaque jour aussi longtemps que l’on pouvait, en dépit des longues nuits et des heures matinales , continuant de tenir ces longues discussions, et de regarder de temps en temps nos anciennes lettres sur Slowly.

Quelques courtes semaines après, on a officialisé notre relation. On est ensemble depuis cinq mois, et mon chéri va bientôt venir me voir en personne. Nous ne pourrions pas être plus heureux! Être dans une relation de longue distance a été difficile, mais on a fait fonctionner notre couple du mieux que l’on pouvait, et je suis plus qu’impatiente de voir en vrai cette personne géniale que j’ai connu sur Slowly qui a fini par devenir mon meilleur ami, et ma plus grande source d’inspiration et de bonheur. Ce qu’il me fait ressentir est presque indescriptible. Il a eu une énorme influence positive sur ma vie, et je serai toujours impressionné par comment j’ai pu trouver une personne avec laquelle je m’entends si bien. Je dois tout ce que nous sommes à Slowly. Si nous n’avions pas trouvé cette appli, nous ne nous serions jamais rencontrés, et nous aurions été laissés seuls même si nous existions tous deux. Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis reconnaissante envers Slowly pour être arrivé dans nos vies à des moments si importants.

Ma vie aurait été très très différente sans Slowly. Je veux remercier chaque développeur qui a travaillé pour cette appli, pour m’avoir donné l’opportunité de trouver quelqu’un de si incroyablement spécial, qui m’est si cher, tout cela dans un environnement sécurisé, amusant et intéressant. J’espère vraiment que plus de gens pourront faire l’expérience de Slowly, et de toutes les personnes et fonctions que cette application offre. A ce jour, à cette époque, où les gens sont si déconnectés les uns des autres, c’est vital d’avoir des relations humaines. Nous avons tous des vies occupées, mais Slowly a rendu le fait de trouver de bons amis, et même l’amour, possible pour tous, peu importe leur emploi du temps et la distance. Je trouve cette idée lumineuse et puissante ; un moyen de communication, pour beaucoup de gens, leur apportant beaucoup de choses positives.

Merci encore pour avoir complètement changé ma vie, dans le meilleur sens! Je serai toujours reconnaissant aux gens qui sont derrière Slowly pour tout ce dont j’ai déjà fait l’expérience, et expérimenterai dans ma vie future.

J’ai inclus une esquisse d’Alex que j’ai dessiné récemment. Il m’a tellement encouragé à continuer de dessiner !

 Envoyez-nous votre histoire

SLOWLY

Connectez-vous avec le reste du monde dès maintenant !

4.7   6M+