Accueil
Slowl'histoire  
Stella
Stella | 🇩🇪 Allemagne

Originally written in English. Translated by kauraneden.

« Ne sois pas obsédée par le passé, parce que la vie qui est devant toi est plus longue que celle qui est déjà passée. Je t’en prie, ne perds pas ton temps à regretter ce que tu as manqué. Tu as tout le temps qu’il te faut pour compenser ce que tu n’as pas encore fait. »

C’est peut-être la 15e fois que je relis ce passage, mais il me touche toujours beaucoup. Six mois avant le début de la pandémie de Covid, j’ai démissionné et déménagé en Allemagne pour mes études, ce qui était le rêve de ma vie. Peu après la fin de mon premier semestre, le nombre de cas de Covid a augmenté brutalement, et les cours sont passés en distanciel. A l’époque, j’étais en Allemagne depuis peu de temps. Mon allemand était mauvais, et mes interactions sociales en face-à-face ont été coupées d’un coup. Mon seul accès au monde extérieur était mon ordinateur.

Comme ma première expérience sur Slowly s’était mal passée, j’avais désinstallé l’application et j’avais oublié son existence pendant des années. À cause de la pandémie, j’ai décidé de redonner une chance à Slowly, mais, ce faisant, je n’avais aucune idée de l’impact que cela aurait.

Comme dans la vraie vie, trouver un correspondant n’a rien de facile au début. Plusieurs échanges ont pris fin pour diverses raisons, ce qui me frustrait beaucoup, parce que j’avais mis du temps et du cœur dans chaque lettre.

Alors que mon 29e anniversaire – le dernier de ma vie de jeune adulte – approchait, j’ai commencé à angoisser en voyant ma vie. Dans la société qui m’a vue grandir, il y a une « fenêtre d’âges » qui indique quand chacun doit cocher certaines cases. Par exemple, finir ses études avant 25 ans ; trouver un bon emploi, se marier et trouver un chez-soi avant 30 ans (surtout pour les femmes) ; avoir une voiture, acheter une maison, et avoir des enfants passée la trentaine.

Je ne cochais aucune de ces cases.

Dans les semaines qui ont suivi, j’ai continuer à douter de ma décision. J’étais complètement perdue. C’était le moment le plus sombre de ma vie. Une nuit où je n’arrivais pas à dormir, une idée fit irruption dans ma tête : pourquoi ne pas consulter les plus âgés sur Slowly ? Je me suis alors mise à envoyer des lettres aux plus de 55 ans. À ma grande surprise, ils m’ont secourue de leurs réponses chaleureuses, attentionnées et avisées. Madame H. a écrit l’une d’entre elles.

Leurs encouragements ont illuminé mes journées. Malgré mon manque quasi-total d’interactions dû au Covid – je vivais seule, cuisinais seule, étudiais seule et regardais la télé seule –, je sortais petit à petit de ma caverne.

Et puis j’ai rencontré d’autres gens incroyables sur Slowly.

À Mme H. du Japon et M. K du Royaume-Uni,

Vous n’aviez probablement aucune idée de l’importance de vos mots pour moi. Merci, mille mercis d’avoir sauvé la jeune femme que je suis. Pour vous, ce n’était qu’une lettre, mais pour moi, c’était une bouée de secours.

À mes drôles de correspondants Slowly allemands,

J’ai toujours été quelqu’un d’impatient, mais attendre vos lettres me remplit toujours de joie.

À L., de Lituanie,

Te rendre visite en Lituanie a sûrement été la meilleure décision que j’aie prise cette année. Je ne t’oublierai jamais, toi l’adolescent devant l’église, plein de gentillesse. Je vis désormais ma vie comme une voyageuse, ouverte, curieuse et heureuse !

À M., de Taiwan,

Te parler, c’est parfois comme discuter avec mon moi plus jeune. Merci d’avoir été mon premier correspondant à long terme. J’apprécie chacune des lettres que tu m’as écrites. Tu es plus courageux et fort que tu ne le crois.

Et finalement, à l’équipe de Slowly,

Vous avez créé l’application la plus fantastique qui soit. Slowly est la seule application dans laquelle j’aie dépensé de l’argent, pour soutenir votre magnifique idée 😊

 Envoyez-nous votre histoire

SLOWLY

Connectez-vous avec le reste du monde dès maintenant !

4.7   7M+